Blog (Simulizi)

Interview with Francis Kiwanga, Executive Director for Foundation for Civil Society and African Philanthropy Network, Board Chairperson.

 “I believe in local empowerment, for there to be a true development, people cannot continue to be passive in the process but they have to participate to build a long-lasting development”,  Francis Kiwanga.

May you please tell us a bit about yourself and the work that you are doing at Foundation for Civil Society in Tanzania? I am the Executive Director of the Foundation for Civil Society (FCS) in Tanzania, the largest funding mechanism in the country. We are a grant making as well as a capacity development support facility for civil society organisations (CSOs) in Tanzania.  As for my background, I am a lawyer professionally. I have worked in the human rights field before I went into doing my consultancy work for some time. I have been with the FCS for 5 years now, joined back in 2015.

LIRE LA SUITE
Covid-19

Jeunesse et philanthropie: l'essor de l'entreprise sociale

Ces dernières années, l'entreprise sociale est devenue un modèle d'entreprise de plus en plus populaire pour les jeunes des pays africains. Selon le rapport du Forum Ibrahim 2019, les jeunes en Afrique font 60% de la population africaine de moins de 25 ans, faisant de l'Afrique le plus jeune continent du monde. L'engagement accru des jeunes dans l'entrepreneuriat social est inspiré en partie par la tentative d'adaptation pour surmonter la crise du chômage dans leur pays.

LIRE LA SUITE
Blog (Simulizi)

Entretien avec Barbara Nost: Directrice exécutive de la Zambian Governance Foundation (ZGF)

Pouvez-vous nous parler un peu de vous et de votre organisation?

J'ai été amené en Zambie en janvier 2009 pour créer le Zambia Governance Fund comme on l'appelait alors, qui a été conçu comme un fonds commun multi-donateurs mis en place pour soutenir les organisations locales afin de devenir plus influentes dans le débat national sur le développement. Le parcours unique de ZGF a commencé lorsqu'un groupe de donateurs bilatéraux, à savoir, le Département du développement international (DFID), l'Agence suédoise de coopération internationale pour le développement (SIDA), l'Agence danoise de développement international (DANIDA) et la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) et Irish Aid se sont réunis en 2008 pour discuter d'une manière plus coordonnée de canaliser l'argent vers les organisations de la société civile. À cette époque, la pratique consistant à soutenir de manière indépendante les OSC de différentes manières créait une duplication du travail et maintenait des coûts de transaction élevés. Les donateurs ont engagé de l'argent dans un fonds commun et la DANIDA s'est portée volontaire pour faciliter un appel d'offres international pour la gestion du Fonds de gouvernance de la Zambie nouvellement créé. Le fonds nouvellement créé a été confronté à certains défis initiaux, le plus pressant étant l'absence d'une identité juridique lui permettant de fonctionner de manière indépendante. Grâce à un processus de délibération, il a été décidé que le fonds deviendrait une société à responsabilité limitée par garantie de cinq Zambiens qui se sont portés volontaires pour créer la Fondation zambienne de gouvernance pour la société civile.

LIRE LA SUITE
Publications

Femmes philanthropes

Les femmes philanthropiques caractérisent une caractéristique clé de la philanthropie africaine en ce qu'elles vont au-delà de l'aide financière. Ils sont souvent également disposés à offrir leur temps et leur expertise. Il est également documenté que leur impact dans la philanthropie diffère généralement de celui de leurs homologues masculins en raison de leur volonté de s'attaquer à des problèmes «plus difficiles»; ceux qui sont moins susceptibles d'être quantifiables, par exemple, ou ceux qui touchent ceux qui sont en marge de la société. Les femmes ont tendance à ne pas se fier au bourdonnement de l'air du temps pour décider des causes à prendre, et sont donc susceptibles d'avoir un impact plus réel. Malgré cela, la représentation des femmes dans la philanthropie est encore minime ou superficielle par nature.

Ce livret est un petit pas en avant pour corriger cela. C'est une compilation de femmes qui ont consacré des années de travail philanthropique pour résoudre un nombre variable de problèmes à travers le continent. Ils ont offert du temps, de l'expertise et même des fonds, et en ont mobilisé d'autres pour faire de même. J'ai eu le plaisir de travailler avec la plupart d'entre eux au cours de ma propre carrière et j'ai été amélioré pour cela.

LIRE LA SUITE
Publications

Livret de femmes écrivains

Ceci est une compilation d'articles tels que vus sur notre blog appelé Simulizi, créé dans le cadre du projet de production de connaissances d'APN. Ils sont écrits par des femmes à travers le continent africain, qui ont été identifiées grâce au programme d'écriture des femmes organisé par APN en collaboration avec AWDF. Les écrits couvrent divers sujets, tous sous le thème général de la philanthropie africaine. Chaque écrivain offre une nouvelle perspective enracinée dans leurs origines géographiques et sociales respectives, ce qui en fait une expérience de lecture diversifiée et révélatrice ainsi qu'un aperçu précis de notre blog prometteur, Simulizi.

LIRE LA SUITE

L'impact des groupes d'épargne et de crédit sur les femmes en Afrique: consolidation des études de cas du Ghana, de la Zambie et de la Tanzanie.

L'implication et l'influence croissantes des femmes dans la philanthropie sont restées largement méconnues, malgré l'effet d'entraînement qu'elle a eu sur les économies des ménages à travers le continent. Les modes traditionnels de don qui sont le fondement de plus en plus des moyens de subsistance de nombreuses femmes et par extension de leurs sociétés ». Ces pratiques ne sont pas bien documentées et leur impact est sous-étudié. Par exemple, le fonctionnement interne ainsi que l'impact des groupes d'épargne et de crédit des femmes (également appelés «cycles de don») sont gravement sous-représentés dans les statistiques philanthropiques. La popularité et la prévalence de ces groupes impliquent que la recherche sur leurs recherches serait particulièrement importante pour explorer la façon dont la richesse est répartie dans les communautés africaines, et son impact sur les femmes. Alors, c'est important que nous demandons!

LIRE LA SUITE
Publications

GÉNÉROSITÉ À L'ÉPOQUE DU COVID-19 VOLUME 3

L'assouplissement du verrouillage induit par le COVID-19 est en cours et certains secteurs de l'économie ont repris leurs activités. Le couvre-feu dans le pays a été prolongé de 19h00 à 21h00. Certains centres commerciaux sont désormais ouverts et doivent se conformer aux procédures opérationnelles standard COVID-19 émises par le ministère de la Santé. Les transports publics ont repris dans tout le pays.

LIRE LA SUITE
Publications

ÉVALUATION JURIDIQUE DE LA SOCIÉTÉ CIVILE Y COMPRIS LES ORGANISATIONS PHILANTHROPIQUES EN OUGANDA

L'Ouganda est l'un des nombreux pays d'Afrique à avoir adopté des mesures juridiques limitant les activités légitimes des organisations de la société civile (OSC), y compris les organisations philanthropiques, par le biais d'une myriade de lois.1 Le cadre juridique en Ouganda a encouragé l'ingérence du gouvernement dans le secteur, ci-dessus. et au-delà de la réglementation, tout en créant simultanément des obstacles dans l'environnement opérationnel des OSC. Ce cadre juridique viole les engagements pris par l'Ouganda en vertu des traités internationaux et régionaux relatifs aux droits de l'homme, en particulier ceux liés aux libertés d'association et de réunion, y compris le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples. (CADHP), qui ont tous deux été ratifiés par l'Ouganda et dont les dispositions sont également expressément prévues dans la Constitution.

LIRE LA SUITE
fr_FRFrench
en_USEnglish swSwahili pt_AOPortuguese fr_FRFrench